La "recette" de la brisolée

L’art délicat du rôtissage
On a coutume de dire que, à l’image de la raclette, la brisolée exige expérience et doigté. Il s’agit avant tout de se munir d’un brisoloir, soit d’un appareil permettant de rôtir les châtaignes.

Le brisoloir
Plusieurs appareils peuvent faire l’affaire. Du plus simple, une vieille poêle que l'on aura criblée de trous, au plus compliqué comme un petit tambour de machine à laver muni d'une poignée et d'un support pour le faire tourner. Pour les moins bricoleurs, les commerces de Fully proposent des engins prêts à servir !

Brûler sans carboniser
Préparer un feu que l'on maintiendra en activité. Les flammes doivent lécher le brisoloir et les châtaignes, juste assez pour brûler l'enveloppe et pour cuire le fruit, pas trop pour ne pas le carboniser. Agiter le brisoloir par intermittence, afin que la chaleur soit bien répartie. Quelques châtaignes peuvent exploser, soyez attentifs!

Préparation des châtaignes
Vous craignez de tomber nez à nez avec un ver, occupé à se gaver à l’intérieur de votre châtaigne? Voici un petit truc de pro : faites tremper minimum vingt minutes dans de l’eau, les fruits encore dans leur enveloppe. Cela vous permet de séparer le bon grain de l'ivraie: les mauvais fruits, truffés de petites cavités, remontent à la surface. Un temps plus long d’immersion facilitera également l’extraction de la châtaigne après la cuisson. Afin d’éviter que les fruits n’explosent, l’enveloppe des châtaignes doit être fendue.

Accompagnement du terroir
La brisolée est traditionnellement accompagnée de beurre, de divers fromages, de pain de seigle, de fruits de saison (pommes, raisin, poires) et de moût. La version «royale» propose des salaisons en plus: viande séchée, lard, jambon cru, etc.

Téléchargements

La recette de la brisolée (737.28 Ko)